Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfance..... ne rime pas toujours avec espérance

5 Mai 2015, 23:20pm

Publié par Baiya

(pour consulter les billets du blog précédent cliquer sur le bouton ci-dessus)

Certains ne trouveront pas le contenu de ce billet en accord avec la célébration de la fête des enfants qui a lieu le 5 mai.

Mais justement; puisque les enfants sont à l'honneur, on ne peut pas ignorer qu'ils sont aussi le sujet de nombreux faits divers et reportages dans les médias qui constatent des choses fort peu réjouissantes.

Enfance..... ne rime pas toujours avec espérance

Enfance rime au Japon avec décroissance.

Une enquête statistique publiée début avril fixe le nombres d'enfants de moins de 15 ans à 16, 17 millions de jeunes, soit 12,7% de la population. Une baisse constante qui dure depuis 34 ans, alors que la courbe avait connu des pics et des creux depuis qu'on a commencé à compiler ces statistiques en 1950.

La préfecture qui compte le plus d'enfants est Okinawa avec 17,5% de la population, celle qui est la plus déficitaire est Akita avec seulement 10,8% de la population. Notre préfecture, Aichi, se place plutôt en haut du tableau avec le chiffre de 14%.

 

Enfance..... ne rime pas toujours avec espérance

Dans une petite commune de montagne nommée Saï-kuri-chô, dépendante de la ville d'Okazaki et comptant 54 familles, soit une population de 210 personnes, la municipalité a décidé de récompenser les familles à la naissance de leur quatrième enfant avec la somme de 100 000 yens.

Il faut que les 4 enfants aient moins de 20 ans.

La mesure a été adoptée par les habitants lors de la fête de fin d'année qui les réunissait tous.

En fait il y a au Japon des communes de taille plus importante qui accordent une aide sous la forme d'une somme d'argent payée à la naissance du 3ème enfant, mais c'est très rare au niveau des toutes petites communes comme Saï-kuri-chô.

Deux familles vont y avoir droit cette année selon le journal. Voici la photo de Kumiko Sakaï et de ses 4 bambins: elle dit qu'elle est un peu confuse de recevoir cette somme dont ne peuvent pas profiter d'autres habitants, mais que cela va l'aider ......

Pour ma part, je pense sincèrement que 100 000 yens est une somme complètement dérisoire.

Enfance..... ne rime pas toujours avec espérance

En tout cas ses enfants ont l'air tout joyeux ce qui n'est pas le cas de ceux victimes de maltraitance, brutalités de la part de leurs pairs, voir d'agressions sexuelles qui, comme en France, défraient la chronique.

Enfance rime avec violence:

Depuis le début de l'année il y a eu plusieurs crimes horribles commis par de très jeunes gens, souvent mineurs, à l'encontre d'adultes de leur connaissance et aussi de camarades du même âge.

Le ministère de l'éducation et de la culture avait, à la fin février, enregistré pour notre préfecture d'Aichi 5 cas d'enfants de moins de 15 ans qui était en grand danger; les critères déterminant cette classification étant plus d'une semaine sans présence à l'école et sans possibilité de s'assurer de leur état de santé, et (ou) la présence avérée d'un danger physique et psychologique; ainsi que 14 cas d'enfants menacés; les critères étant dans ce cas un danger avéré causé par l'environnement extérieur à l'école. Ces chiffres, qui ne sont probablement que le sommet de l'iceberg sont respectivement de 232 et 168 au niveau national, les collègiens en composant la plus grande partie.

Parmi les enfants considérés comme 'en grand danger', il y a des enfants qui refusent de sortir de chez eux, d'autres dont on ne retrouve pas la trace, soit parcequ'ils sont partis sans laisser d'adresse ou ont fugué, d'autres qui ont des problèmes avec la police. Les enfants 'menacés' sont des jeunes qui découchent ou ont des relations avec d'autres jeunes plus âgés, déjà sortis du système scolaire ou des adultes.

Le Japon qui faisait traditionnellement une confiance aveugle dans ses institutions scolaires, avec même une tendance à déléguer toutes responsabilités à celles-ci, est en train de reconnaître que l'école ne peut pas tout.

 

C'est ce que tendraient à prouver des chiffres très alarmants publiés dans le journal il y a 2 jours et qui dénoncaient l'impunité dont auraient bénéficié des prédateurs avérés et condamnés, membres du personnel éducatif de notre préfecture.

Il s'agit d'enseignants mis en cause pour des faits divers qui vont de la conduite en état d'ébriété, accidents de la route, vols; et, vis à vis des élèves, de  brimades verbales, aux violences physiques et pédophilie.

De fait le graphe ci-dessous montre une augmentation inquiétante des actes de pédophilie (couleur plus foncée), au sein des comportements répréhensibles commis par le corps enseignant:

Enfance..... ne rime pas toujours avec espérance

La préfecture d'Aichi a très longtemps eu le plus triste record d'actes de violences physiques (châtiments corporels) perpétrés sur les élèves mais la loi est censée être maintenant très stricte. Néanmoins sur les 24 cas d'enseignants mis en cause en 2014 pour des faits punis au code pénal, on trouve encore 8 cas de châtiments corporels.

Le journal dénonce cependant le fait que ces 8 cas avérés de violences physiques n'ont pas été classées sous leur vraie dénomination, autrement dit que les autorités de régulation du corps enseignant pour notre préfecture a sciemment masqué ou minimisé les faits.

Les faits dont étaient accusés les enseignants sont par exemple; une gifle donnée à une éléve de deuxième année de primaire par un instituteur ayant une cinquantaine d'années, gifle tellement violente que la petite fille était tombée de sa chaise. Après enquête dans l'établissement, on avait découvert que le même instituteur avait frappé à la tête une autre fille du même âge avec une règle. Il y a aussi des cas de violences verbales avec insultes aux élèves, mais la commission d'enquête n'a pas jugé bon de les qualifier pour ce qu'ils sont.

Selon le journal, le nombre de cas de pédophilie est à un niveau record depuis 10 ans, puisque sur les 24 cas denseignants mis en cause pour violences diverses, 15 l'étaient pour des actes de nature sexuelle. 9 personnes ont été révoquées avec interdiction d'enseigner, 6 ont été seulement été suspendues.

Pire, le journal affirme que, en ce qui concerne 5 d'entres eux, leurs délits n' ont pas été rendus public, c'est à dire qu'on ne connaît pas leurs noms, bien que l'on sache dans quels établissements ils exerçaient et la nature des actes commis. On se heurte ici à un problème légal qui autorise les victimes à refuser que l'on rende publique toute information concernant ce dont elles ont souffert. Mais dans cette décision quelle part de honte du côté des victimes et de leurs familles et d'intimidation de la part du corps enseignant....?

Le journal milite pour que la commission chargée de la surveillance de l'enseignement public adopte une attitude plus stricte et moins équivoque.

 

Commenter cet article

Sabrina 06/05/2015 00:05

Sans parler des enfants qui dont maltraités par leurs parents (la semaine dernière cette histoire de cage ...), des enfants dont on ne s'occupe pas correctement (au moins 5 enfants trouvés noyés près de chez eux ces 2 derniers mois) ou encore des mères qui se suicident avec leur bébé dans les bras... Non seulement il y a peu d'enfants qui naissent, mais en plus on ne les protège pas assez.

Baiya 06/05/2015 11:38

Ah ça tu as complètement raison; cette pression conformiste de la société, cette notion de honte, qu'il faut cacher tout ce qui semble différent, synonyme d'échec; quand tu rentre à l'école on te serine que tu auras une centaine d'amis, que la vie est une fleuve tranquille, donc quand tu te rends compte que ce n'est pas le cas, et bien tu es programmé pour tout rentrer et battre ta coulpe tout seul....

Sabrina 06/05/2015 11:09

La particularité du Japon à ce propos aussi je crois c'est l'absence d'aide psychologique quelle qu'elle soit pour les personnes qui en ont besoin, que ce soit les mère en dépression post partum ou les jeunes hommes qui ont des pulsions sexuelles malsaines, s'ils arrivent à surmonter la honte de ce qui leur arrive et essaient d'en parler et de s'en sortir, on leur dit "gaman, gaman !" et on les renvoie chez eux. Rien n'est prévu pour les gens en détresse psychologique.

Baiya 06/05/2015 02:03

Comme tu le dis, la protection de l'enfance est un vrai problème. En disant cela, je ne peux m'empêcher de comparer avec la France et les histoires atroces de viols sur bébés etc....le diagnostic, la prise en charge, le suivi sur la durée etc....ce sont des casse-tête sans fin.
Quand je suis arrivée au Japon il y a 26 ans, je me souviens combien j'étais choquée à chaque fois qu'il y avait des affaires de morts de jeunes enfants, genre abandonnés en plein été dans la voiture pendant que les parents allaient jouer au pachinko..., et que les parents ne prenaient rien, surtout les mères qui étaient relaxées avec l'argument que leur enfant était une sorte de 'bien' . Maintenant la loi a changé et les parents sont condamnés même s'il y a d'autres enfants qui eux, sont placés.
Et c,est là qu'il y a un autre problème au Japon; les possibilités de placements sont très limitées, l'adoption simple extrêmement difficile (plénière, n'en parlons pas), même pour les bébés abandonnés si on connaît leurs parents, car on donne toujours le droit de choisir aux parents, même indignes, jusqu'à la fin.
Ça fait longtemps que je veux écrire un billet sur ces enfants qui sont soit orphelins soit placés pour maltraitance; un des gros soucis est leur éducation car l'état ne la couvre que pour ce qui est de l'instruction obligatoire et du coup ils sont destinés à travailler très tôt, à un avenir très limité alors qu'eux n'ont pas demandé à vivre ces épreuves.

Julien 05/05/2015 19:53

Salut.
Il y a un vrai problème. Les Japonais n'aiment plus les gosses. Ils se plaignent du bruit dans le bus, dans les logements... Le seul cri de gosse les fait pester. Ils oublient que lorsqu'ils étaient gamins, personne ne venait se plaindre. Une société qui ne tolère ni les enfants ni les femmes enceintes a-t-elle un avenir ? J'ai remarqué qu'au Japon, il arrivait que j'entende la question "Est-ce que vous aimez les enfants?", question que je n'avais jamais entendu en France. J'ai demandé pourquoi une telle question. Les Japonais m'ont dit que de nos jours, beaucoup s'en plaignent car c'est une contrainte de temps, d'argent, de bruit, un blocage pour la carrière...
C'est surtout la seule façon d'avoir une génération qui entretient l'héritage culturel et qui bossera pour les retraites des plus vieux...

Sinon, curieusement, je n'ai pas les mêmes chiffres sur les actes pédophiles.
Un sujet tourne sur Futaba faisant le lien entre la baisse des actes pédophiles et le boom de la japanime érotique (mettant en scène des personnages de type lolitas). Cela drainerait les éléments dangereux vers le 2D.

Je me permets de mettre en lien un post que j'ai traduit il y a un an, sur un thème connexe :
http://fugushima.blogspot.fr/2014/06/15-des-enfants-sont-pauvres-au-japon.html

Baiya 06/05/2015 02:03

Merci Julien de ton commentaire. J'avais lu ton billet très intéressant quand tu l'avais mis en ligne.

Concernant l'amour des enfants....en même temps je crois qu'on doit avoir le droit de choisir si on veut des enfants ou pas. Ici il y a un phénomène un peu spécial qui est que les filles ne prennent pas l'initiative de la contraception, certaines se retrouvenet enceintes sans avoir réfléchi ET aussi certaines utilisent une grossesse pour forcer leur compagnon à les épouser. Encore une fois sans généralisation, bien sûr!.

Concernant les chiffres que tu as, tu peux en dire plus? là je parle exclusivement de chiffres publiés dans le Chunichi (comme tu as vu sur le tableau) et qui sont des actes commis dans l'enseignement obligatoire public.

Je ne sais pas si les passages à l'acte sont moins nombreux qu'avant dans la société en général; mais quand on voit les phénomènes genre AKB ou les documentaires sur les hommes qui soit ne peuvent pas avoir de relations sexuelles tout court, parceque pas l'opportunité, soit ne peuvent pas en avoir avec des FEMMES de leur âge et non des personnages sur leurs écrans ou par fantasme interposé parcequ'ils ont serré la main d'une très jeune fille, je crois que le Japon est un pays très pédophile malheureusement. Ne parlons pas des oba-san qui prennent leur pied aux concerts de jeunes garçons prépubères.

mimisan 05/05/2015 19:03

Constatations désolantes mais aussi pas vraiment surprenantes, hélas...

Baiya 06/05/2015 01:17

oui, et quand on voit le flot soudain de révélations sur des enseignants pédophiles en France....ça m'a frappé qu'il y ait le même sujet dans l'actualité ici et là-bas.