Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour les femmes

7 Septembre 2013, 07:13am

Publié par Baiya

Dimanche dernier, j'écoutais une émission de débat très intéressante qui a lieu chaque semaine sur NHK, Nichi-yôbi-tôron, le débat du dimanche. A chaque fois il y a deux grands sujets qui sont abordés et des invités discutent autour d'un animateur.

On peut ré-écouter les programmes de NHK avec 'NHK on demand', pour cette émission, c'est ICI.

Le premier septembre on a parlé d'abord des chances de Tokyo d'être sélectionnée pour les Jeux Olympiques de 2020, avec le maire de la capitale.

La décision va tomber aujourd'hui et apparemment la situation à Fukushima serait un gros argument contre. Qui va remporter les suffrages entre Tokyo, Madrid et Istanbul?

Le maire de Tokyo, INOSE Naoki,  m'a beaucoup impressionnée car il a raconté comment l'année dernière, pour la première fois de sa vie et à 65 ans passés il avait couru un marathon, celui de sa ville bien sûr (en 6h 40) !

Parlez de motivation.......ADMIRABLE!

Pour les femmes

La deuxième partie du débat concernait la place des femmes dans la société japonaise et les moyens d'encourager une plus grande participation de leur part grâce, en particulier, à un changement de mentalités qui permettraient aux femmes d'envisager des carrières professionnelles tout en ayant une famille et des enfants.

Bien que la société soit en train d'évoluer, le Japon privilégie encore un modèle familial dans lequel une femme qui voudrait avoir des enfants devrait d'abord être mariée (sinon, l'enfant ne peut pas porter le nom du père et avoir tous les avantages d'un enfant 'légitime'); également, mises à part celles qui ont un poste avec des horaires réguliers, la majorité des femmes ne peuvent pas travailler à plein temps avec des enfants; d'ailleurs vue la difficulté dans certaines villes de trouver des places en crèche, une femme peut être contrainte d'arrêter de travailler qu'elle le veuille ou non.

Il va sans dire que pour les hommes qui voudraient participer aux soins des enfants, c'est pratiquement impossible matériellement si on considère les horaires de certaines entreprises et surtout le fait que comme il n'y a pas vraiment de ligne claire entre la vie professionnelle et la vie privée, les horaires de 'travail' débordent largement sur le reste, avec les sorties entre collègues et relations professionnelles, le soir et les jours de 'repos'.

 

Pour que ces pratiques se transforment, il est donc nécessaire que le droit du travail et de la famille créent des cadres plus propices à une implication plus significative des femmes dans le monde du travail.

Lors de l'émission de dimanche dernier, l'invitée principale était MORI Masako, la ministre chargée de la natalité, de la consommation et de la parité; ses fonctions sont énoncées dans cet ordre ce qui en dit long, je trouve, sur les priorités du gouvernement!

Néanmoins, la discussion était très intéressante et certaines idées sont en gestation qui devraient, si elles arrivent à maturité, être bénéfiques pour les femmes.

On peut toujours questionner l'enthousiasme d'un gouvernement à encourager la natalité; il est évident que l'on pense moins au désir de maternité que peuvent avoir certains citoyens et plutôt à la nécessité de remplir les fonds des caisses de retraite.

Mais pour l'instant au Japon, le congé de maternité se divise entre 6 semaines avant la naissance et 8 semaines après; courtes périodes qui de plus ne donnent droit qu'au versement de 60% du salaire. Normalement, on a également le droit de prendre un an de congé pour élever son enfant mais celui-ci est sans solde. Il y a donc des points urgents à remédier et qui semblent se trouver dans l'agenda de la ministre.

Son gouvernement a également décidé d'utiliser la discrimination positive en posant comme principe que d'ici 2020, les entreprises devraient justifier de 30% de cadres féminins. Pour l'instant ce chiffre est de 11%.

MORI Masako (en tailleur rose) est une avocate et une élue de Fukushima (le 4 mai 2013)

MORI Masako (en tailleur rose) est une avocate et une élue de Fukushima (le 4 mai 2013)

Le chemin sera long et le choix de la discrimination positive est controversé, mais comme le disait une des autres intervenantes, il est indéniable que c'est la seule manière de raccourcir les délais.

 

Il est un domaine qu'il peut être intéressant d'observer pour avoir une idée de la manière dont sont considérées les femmes au Japon; c'est celui de la publicité.

Je ne veux pas parler des clichés vestimentaires, cosmétiques ou même purement 'domestiques' (ménage, cuisine etc...).

Il y a toute une partie de l'économie pour laquelle les femmes sont une cible privilégiée et valorisée, en particulier les jeunes femmes qui travaillent, sont indépendantes et possèdent une pouvoir d'achat tout à fait significatif, une situation à laquelle aspirent de plus en plus de femmes ce qui rend le tableau de la société plus complexe; si, comme je l'ai évoqué plus haut, la tradition voudrait que les gens se marient et fondent une famille dont la mère serait au foyer, les chiffres, et des mariages et de la natalité, montrent bien que, du côté des garçons, des moyens financiers limités sont un obstacle à trouver une partenaire (on n'en est pas encore au mariage pour tous au Japon...) et du côté des filles, le fait justement d'avoir des moyens financiers les affranchit d'avoir à 'dépendre' d'un partenaire. J'en avais parlé sur le précédent blog, ICI.

Mais revenons à la publicité car le but de ce billet était de vous présenter deux campagnes récentes qui ont pour cibles ces dames.

 

Pour les femmes

Des 'cup-men' autrement dit 'nouilles instantanées', pour les filles!

Selon la pub ce produit a été concocté (je cite):

 

'Pour votre satisfaction, vous les femmes du Japon'

'Qu'elles soient employées, ou que, femmes au foyer, elles soient les piliers de leur famille, les femmes du Japon travaillent dur.

Que peut pour elles, persévérantes et acharnées dans leurs tâches, un gobelet de nouilles instantanée?

Et bien non seulement les rassasier mais aussi les satisfaire, aussi bien dans le corps que l'esprit:'.....

 

Cela commence par le plaisir de la vue avec un gobelet 'mignon' car fleuri ce qui explique le nom de la 'ligne' : Hanauta, écrit en alphabet mais qui peut être traduit par 'le chant des fleurs' .

Le gobelet a été pensé pour 's'adapter parfaitement à une main féminine'!

Et aussi le plaisir gustatif puisque ce sont des nouilles aux 'herbes aromatiques' et que chacun sait que tout ce qui touche à l'aromathérapie est très prisé par les femmes au Japon.

Pour les femmesPour les femmes

Le produit est décliné en 3 versions pour l'instant: prix à titre indicatif, 170 yen. Dans chaque gobelet il y a 55g de nouilles, teneur en sel entre 3,6 et 3,8g, nouilles et bouillon compris.

Pour 'apaiser l'esprit': camomille et bouillon au sel (284 calories)

Pour 'booster l'énergie physique': cynorrhodon et bouillon pimenté (309 calories)

Pour 'rafraichir l'humeur': citronnelle et bouillon au shôyu (289 calories)

 

 

 

Pour les femmes

Et après ce petit en-cas, pourquoi pas une virée en 'Lapin' la voiture pour filles de la marque Suzuki qui lance cet automne une nouvelle ligne de 'Lapin-Chocolat' avec des accroches (en français!) comme,

'Toutes les filles sont mignonnes'

'C'est magique'

'C'est trop chou'

'Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt'

'Pas à pas on va bien loin'

'Bonjour! Beau matin et un gâteau sucré'

'J'aime goûter aux choses sucrées'

'La nuit porte conseil'

'Ce que femme veut Dieu le veut'

AH!!!!! Dommage pour cette dernière, il y a quelques petits problèmes...

Pour les femmes

Pourtant ça se passait bien, sur les notes éternelles de 'Aux Champs Élysées' et un habillage aux couleurs de douceurs fruitées:

 

Pour les femmes

Commenter cet article

Barbizon 19/09/2013 06:49

Bonjour Baya, j'ai entendu parler de la condition féminine au Japon, ici c'est un autre problème, les femmes sont tres émancipées et ne veulent plus se marier, et les Hommes taïwanais se marient avec des Indonésiennes, vVetnamiennes ou Chinoises du continent car beaucoup plus dociles que les Taïwanaises..le taux de divorce est le plus élevé de l'Asie du sud et le taux de fécondité le plus bas, plus de quoi payer les retraites puisqu'elles ne font plus d'enfants. La ou je travaille, il n'y a que des femmes célibataires ou des divorcées..et elles ne sont pas drôles du tout..parfois je comprends les hommes taïwanais Hi hi..car tout est histoire d'argent ici, le futur marie doit acheter une maison a sa future femme et doit verser une dot a sa belle famille..c'est un système archaïque dont ils n'arrivent pas a sortir... la face..toujours garder la face..Aujourd'hui c'est férié, c'est la Fête de la mi-automne mais on attend un typhon qui va passer dans le sud..A bientôt. Sylvie

Barbizon 19/09/2013 07:25

Bon courage dans ce cas, Les Taïwanais font le pont et ne travaillent pas demain mais nous si..je ne vais pas me plaindre car nous avons plus de congés que les nationaux..

Baiya 19/09/2013 07:14

Merci de ta visite!
Au Japon aussi finalement les femmes ont beaucoup de pouvoir mais il s'exprime différemment: c'est sûr qu'on a moins l'habitude de la parité et de l'égalité des droits qu'ont les femmes chinoises: je me souviens qu'à Singapour, les femmes chinoises savaient dire ce qu'elles voulaient!
Le problème du mariage qui est avant tout je crois en Asie vu comme un contrat passe par le compte en banque et meme LES comptes en banque car les filles travaillent avant le mariage, mettent de l'argent de côté pour leur mariage, certaines donnent même une somme à leurs parents pour ça et quand elles choisissent un partenaire, il faut qu'il prouve que son compte en banque est déjà un peu fourni et que sa fiche de paie dépasse une certaine somme, surtout s'il est question que la femme reste au foyer.

Beaucoup d'agriculteurs japonais ne peuvent trouver de femmes japonaises; ils font appel à des agences et c'est très difficile pour les filles d'autres pays d'Asie qui arrivent ici en ayant à l'esprit les séries de télé japonaises qui mettent en scène une population jeune, urbaine et aisée.

Pour nous aussi c'est la fête du solstice d'automne, mais on a ajouté le lundi au w.e. Il va falloir que j'aille au cimetière....

Bon courage pour le typhon. Bises!

Pascale 10/09/2013 13:06

Un post vraiment très intéressant et qui se termine sur une note fort divertissante. J'aime le slogan en français (correct pour une fois) dans ce décor résolument andalou... Mais je suis sûre que ça parle aux Japonaises. En ce qui concerne la parité, comme une bonne partie des Occidentaux, je confondais "avance technologique" et "modernité" avant d'arriver au Japon, maintenant je connais la différence!

CADIX 08/09/2013 20:13

J'ai beaucoup apprécié ton article. Je suis une féministe convaincue, et je croyais que sur beaucoup de points, vous étiez plus en avance que nous ! Car en France, c'est bien, mais il reste à améliorer, notamment la partité en politique et dans les fonctions de cadre des entreprises. En conclusion, j'ai trouvé ton blog intéressant, et je ne manquerai pas de revenir !! Bises de France. FRANCOISE

Baiya 09/09/2013 00:05

@CADIX: merci beaucoup pour ta visite. Parité etc.... le Japon est loin derrière la France qui elle-même est plutôt lamentable en bien des points je crois. Enfin c'est toujours difficile de comparer des cultures avec des exigences différentes; il faudrait avoir un chiffre qui évalue le degré de satisfaction réelle par rapport aux attentes des différentes catégories de la population.

@Petit Page: :)

Petit Page 08/09/2013 20:45

Surtout quand le japonais est écrit en franponais!!!
Regarde bien l'article, Margareth!!!

Le Petit Page, qui ne peut lire que quelques textes trèèèèès simples en japonais, et est encore très loin de pouvoir déchiffrer le journal! shiku shiku ( bruit des sanglots )

margareth 08/09/2013 14:34

PS : Apparemment le Petit Page lit couramment le japonais désormais ?

margareth 08/09/2013 14:33

Donc, pour libérer les femmes japonaises, si je comprends bien, il faudrait d'abord libérer l'homme de l'emprise du travail. Mais au fond, n'est-ce pas un peu ce qui s'est passé pour nous au cours des décennies passées. Je me rappelle un temps où les heures supplémentaires, mieux payées, comptaient beaucoup. A une époque où n'existaient pas encore les couches jetables, où les machines à laver restaient rares, etc. comment une femme aurait-elle pu assumer travail à plein temps et entretient du foyer ?

Baiya 08/09/2013 14:58

Si tant est que notre cheminement soit quelque chose à émuler, le Japon serait donc 'en retard' de quelques décennies, c'est certain. Et je pense qu'effectivement quelque soit le profil d'un 'partenariat domestique' si les deux parties veulent avoir une vie professionnelle riche, il faut que les deux parties puissent partager les travaux domestiques.

Petit Page 08/09/2013 07:35

La version japonaise de "Ce que femme...etc..." est bien meilleure, énigmatique, donc d'une profondeur inégalable!!!
Le Petit Page, tant va la cruche à l'eau...