Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du bois japonais pour Ise-Jingu

28 Avril 2013, 15:25pm

Publié par Baiya

Tous les 20 ans on reconstruit les bâtiments qui constituent le sanctuaire d'Ise Jingû, ainsi que le pont Uji en bois. Cette pratique participe de la croyance shintô à l'impermanence des choses et au renouvellement de la nature.

L'enceinte sacrée est donc aménagée pour inclure les deux espaces sur lesquels seront édifiés alternativement les bâtiments au fil de ces cycles de 20 ans.

2013 verra la reconstruction du Naigû (sanctuaire intérieur). A cet effet, depuis plusieurs années ont eu lieu un certain nombre de cérémonies; une des plus connue met en scène le transport en grand pompe des énormes troncs d'arbres qui serviront de piliers à la nouvelle demeure du 'Shintai' ou esprit sacré.

Les personnes ordinaires comme vous et moi n'ont pas accès aux bâtiments des sanctuaires shintô, sauf à quelques occasions, cérémonies de bénédictions ou d'exorcisme ou comme au nouvel an par exemple; au sanctuaire Atsuta de Nagoya (le deuxième plus important du Japon après celui d'Ise), on peut ainsi traverser le bâtiment principal après s'être acquitté d'une petite somme.

Visiter un sanctuaire shintô consiste donc à admirer des arbres gigantesques et marcher dans des allées paisibles. Ce qui explique que, contrairement aux temples bouddhistes connus, l'entrée est libre et gratuite, sauf à participer à des événements spéciaux et donc payants puisqu'on en reçoit un service.

Du bois japonais pour Ise-Jingu
Du bois japonais pour Ise-Jingu

La reconstruction d'un sanctuaire shintô ou 'sengû'  遷宮  est régie par un grand nombre de règles strictes et un vocabulaire particulier.

Ainsi pour parler des matériaux 'sacrés', ces fameux troncs de 'hinoki' ou  cyprès japonais, on utilise un préfixe honorifique 'go' qui peut aussi être lu 'mi' et on parle de 'go-yô-zai' 御用材, préfixe que l'on retrouve dans l'appellation de la forêt d'où proviennent les arbres, 'mi-soma-yama', 御杣山.

Car contrairement à l'immense majorité des construction en bois au Japon, les bâtiments de Ise-Jingû sont entièrement faits en bois japonais.

Cyprès dans la forêt de Hôrai-ji, région de Mikawa.

Cyprès dans la forêt de Hôrai-ji, région de Mikawa.

Mercredi dernier un article du Chunichi Shinbun faisait sa première page avec une actualité concernant la reforestation des bois 'sacrés'.

Jusqu'à l'époque Kamakura, cette forêt jouxtait le sanctuaire d'Ise, mais comme on en avait coupé tous les arbres de plus de 1 mètre de diamètre, on a mis en exploitation une surface forestière appartenant à l'état et qui se trouve sur la frontière de la préfecture de Nagano et Gifu. C'est de là que sont extraits les arbres nécessaires à la reconstruction des sanctuaires.

Or, en 1923 certains se sont émus de cette situation et ont décidé de lancer un projet de recouvrement de la forêt initiale, étalé sur 200 ans; pour devenir entièrement autonome, on a ainsi commencé à replanter des arbres sur 2300 des 5446 hectares qui se trouvent en bordure du sanctuaire. Chaque année, on confie 20 000 nouveaux arbrisseaux aux terres de la forêt et leur croissance est surveillée avec soin. Les arbres prometteurs sont soigneusement répertoriés et actuellement 30 000 arbres vont pouvoir accomplir leur destin de matériau sacré. Ils portent tous sur le tronc une double ligne de peinture blanche pour les distinguer.

Mardi 23 avril, dans l'après-midi, comme chaque année,  200 personnes ont participé au premier repiquage de l'année de 900 bébés cyprès d'une quarantaine de centimètres de haut. Mis à part le respect de règles techniques, cela s'est fait dans un esprit très cérémonieux bien sûr.

Car les efforts ont payé! il faut environ une centaine d'années pour qu'un arbre puisse être exploité et quand on commencera en octobre de cette année les travaux de construction du nouveau bâtiment, on utilisera quelques tronc extraits de cette 'nouvelle' .... mais ancienne forêt.

Et on mettra fin à une période de 700 ans pendant laquelle la forêt du Jingû n'avait rien produit.

 

Quelques chiffres pour terminer:

-Cela fait 1300 ans que l'on perpétue la tradition immuable de reconstitution à l'identique des bâtiments du Jingû.

-65 structures de tailles différentes constituent l'ensemble du sanctuaire.

-Pour les travaux de cette année, il faudra 12 200 morceaux de bois d'une longueur variant entre 1 et 13 mètres, d'un diamètre de 22 à 122 centimètres.

-20% du bois pour la reconstruction de cette année proviendront de la forêt du Jingu.

-Ce ne sera pas des poutres maitresses; elles seront plutôt réservées à l'embellissement car leur diamètre ne dépasse pas 40 centimètres.

photo de Chunichi Shinbun

photo de Chunichi Shinbun

Commenter cet article

Eva 14/07/2014 02:29

J'y suis justement allée en septembre dernier, il y avait un matsuri pour la réouverture du sanctuaire.

Marie Claude 29/04/2013 11:26

J'ai lu quelque part que les bois remplacés étaient découpés en petits bouts et proposés comme talismans...Je ne sais si c'est vrai...Mais vu le commerce des charmes et autres amulettes dans les temples...

Baiya 29/04/2013 12:22

Ce serait dommage de perdre tout ce beau bois....car 20 ans et bien construit comme ça l'est, il doit être parfaitement réutilisable.

Mimisan 28/04/2013 16:30

Au moins, toi, tu lis le japonais...
J'ai moi aussi été sensible à ce projet sur 200 ans. Dommage que ce genre d evolonté n'existe pas plus souvent...

Mimisan 28/04/2013 13:59

Tu en sais, des choses! J'ai lu cet article avec beaucoup d'intérêt. Merci.

Baiya 28/04/2013 15:50

Aucun mérite, tout était dans l'article du Chunichi. Ça me force à lire un peu en japonais, sinon, je ne fais rien. Mais j'ai trouvé ça émouvant que l'on ait fait ce projet à l'échelle de 200 ans et que des gens y participent à l'heure actuelle. Si on pouvait faire de telles choses concernant des problèmes plus cruciaux, style le nucléaire, ce serait bien.